Un livre éco-responsable

Une impression en France et locale :

Je me suis fixée plusieurs objectifs pour la réalisation de mon livre pour enfants « Un Océan à sauver » afin qu’il soit un livre éco-responsable. Le premier était de ne pas l’imprimer à l’étranger.

Les coûts de production sont certes moins élevés qu’en France. Mais il est inconcevable pour moi de faire imprimer mon livre à 5000 km alors qu’il parle d’environnement.

Je me suis tout d’abord renseignée des prix qui se pratiquaient sur certains sites internet. Ils proposent parfois l’impression en France, mais surtout à l’étranger et en Europe.

Mon livre n’ayant « que » 32 pages, j’ai également trouvé peu de solutions d’impression sur internet. Souvent, les sites impriment des livres à partir de beaucoup plus de pages. Et également sur du papier à faible grammage (épaisseur). Il fallait prendre en compte que mon livre s’adresse à des enfants. Il me fallait donc du papier avec un grammage suffisant.

Et puis, le fait d’une part de ne pas avoir d’interlocuteur direct en passant par un site internet, de ne pas pouvoir toucher le papier avant de le choisir et de ne pas discuter du projet d’autre part ne me tentait pas vraiment.

Alors j’ai laissé tomber l’idée et ai commencé à m’intéresser aux imprimeries.

Imprimer en France et dans une imprimerie implique un certain coût. Mais je n’y ai vu au final que des avantages :

  • Pouvoir toucher et choisir le papier
  • S’assurer que l’imprimeur soit labellisé
  • Vérifier la qualité d’impression
  • Vérifier le rendu des couleurs
  • Faire travailler une imprimerie locale
  • Réduire l’empreinte carbone du livre
  • Rencontrer les acteurs du projet et ainsi rendre la relation plus humaine
  • Être réactive en limitant les trajets et délais postaux pour les choix des matériaux et validation de la maquette

J’ai donc commencé à démarcher plusieurs imprimeurs locaux en Indre-et-Loire et dans les département limitrophes (en Sarthe, en Anjou…). En imprimer localement, je me rapprochais de mon envie d’un livre éco-responsable.

Un prix raisonnable :

Je me suis vite rendue compte qu’imprimer en petite quantité (100 comme je voulais dans un premier temps) n’allait pas me permettre de vendre mon livre à un prix raisonnable. J’ai reçu des devis avec tous les prix même un devis d’un imprimeur avec un coût unitaire à 28€ !!

Alors, j’ai fait le tri entre tous les imprimeurs. Et je suis finalement partie sur une quantité de 800 (et la je panique à chaque fois que j’y pense, car à stocker ça fait beaucoup !). J’avais de plus très peur d’imprimer une si grande quantité ! Et s’il y avait une faute dans le texte ? quelque chose que j’avais oublié d’y inscrire ? C’est rattrapable sur 100 mais 800 !

Je me suis tout de même lancée. Cela me permettait de baisser le coût unitaire et proposer un livre à un prix de vente raisonnable à 14,50€. Tout en tenant compte des coûts de production, des charges sociales et en essayant d’inclure une petite marge pour me permettre de distribuer le livre (frais km pour dépôt des livres, temps de gestion, création du site internet pour le vendre et tous les frais annexes dont on n’a pas conscience…).

L’imprimeur responsable du projet : un choix difficile

Mon choix s’est arrêté dans un premier temps sur un imprimeur local, à 7km de chez moi. Mais après des débuts très décevants, nous avons arrêté notre collaboration. Et je me suis tournée vers un autre imprimeur local également, GIBERT CLAREY IMPRIMEURS à Chambray-les-Tours à 8km de chez moi.

Ce nouvel imprimeur a pris le temps et m’a mieux conseillée sur les papiers, le grammage adéquat pour ce type de projet, les différentes finitions possibles pour la couverture et laquelle serait la plus durable.

Les livres étaient en plus conditionnés dans des cartons sans être emballés à l’intérieur et ça c’était aussi un bon point pour limiter le plastique et réaliser un livre éco-responsable ! 🙂

De plus, il est labellisé Imprim’vert, un label garantissant les bonnes pratiques de l’entreprise en matière de :

  • Recyclage des déchets valorisables
  • Retraitement des déchets industriels
  • Sécurisation du stockage des produits potentiellement polluants

Il possède également la certification PEFC garantissant la traçabilité de papiers fabriqués à base de fibres issues de forêts bien gérées.

Pour voir les certifications de l’imprimeur, c’est ici.

Le livre

Je suis donc partie sur un papier Offset labellisé PEFC, issu de forêts à gestion durable et imprimé avec des encres à base végétale.

Pas 100% végétale mais après retour de plusieurs imprimeurs, le 100% encres végétales n’aurait pas une « bonne tenue » dans le temps.

La couverture est réalisée également sur papier labellisé, avec une finition mat anti-rayure, plus résistante.

J’aurais souhaité partir sur une couverture en papier sans finition, la finition mat étant moins écologique. Mais après une longue réflexion et hésitation, j’ai préféré un revêtement moins écolo mais plus durable. Car les couvertures papier sans finition arrivent déjà en librairie avec des coins abimés, d’après les retours que j’ai de certains libraires et constatation dans les rayons.

Je ne pouvais pas me permettre en auto édition et pour un livre pour enfants qui serait grandement manipulé, d’avoir une couverture trop fragile.

Le façonnage, quant à lui a été réalisé par une entreprise en Normandie. Mes livres sont ensuite revenus à Chambray-les-Tours.

Voila, vous savez tout sur ma démarche. J’ai tenté au mieux de réaliser un livre éco-responsable.

Un livre éco-responsable

Laisser un commentaire

Cet article a 3 commentaires

  1. Doridant Annie

    Bravo Caroline, je pense que j’irai acheter ton livre à NOTRE DAME D »OE, pour plusieurs raisons,
    Beauté de la couverture, les couleurs,et surtout l’écologie,et la ténacité avec laquelle tu as dû te battre pour en arriver là.
    Me DORIDANT Annie
    ,

    1. Caroline

      Merci Annie pour ton message. Ça me touche beaucoup. J’espère qu’il te plaira. Je te remercie 🙂

  2. Doridant annie

    Bravo Caroline, pour la beauté de la couverture, les couleurs et la ténacité pour laquelle tu as dû te battre pour en arriver là.

    J’irai surement te voir à NOTRE DAME D’OE le Samedi 5 Décembre.