Auto-édition : pourquoi s’auto-éditer ?

Auto-édition : pourquoi ?

Pour réaliser un projet qui me tenait à cœur :

En 2018, je suis partie avec mon ami pour un tour du monde d’1 an. Je souhaitais en rentrant écrire et illustrer un livre sur le voyage.

Mais au fur et à mesure des pays visités, face à l’état de certains paysages et la consommation excessive du plastique, je prends réellement conscience que la préservation de notre planète est urgente et primordiale.

J’en avais conscience avant mais l’accumulation de scènes comme ces plages recouvertes de déchets, sonne comme un déclic. En rentrant, je change considérablement mon mode de consommation et c’est finalement sur le thème de l’environnement que je souhaite écrire.

En passant par des maisons d’édition, les délais peuvent être long, comme j’ai pu le constater sur de précédents projets : entre la réalisation du texte et des illustrations, l’envoi aux maisons d’édition, l’attente de leur retour et les relances, tout en sachant que le projet peut ne pas aboutir. Pour ce projet, je ne souhaitais pas revivre l’expérience, voulant à tout prix qu’il sorte pour Noël 2020..

Ayant quitté mon travail d’architecte d’intérieur en agence avant de partir, c’était vraiment LE projet de mon retour auquel je voulais me consacrer à 100%. J’ai décidé de l’auto-éditer moi-même et de le publier avant fin 2020. Pari tenu !

Pour découvrir la fabrication d’un livre de A et Z :

Créer un livre de A à Z : le texte, les illustrations jusqu’à la fabrication du livre et sa commercialisation était un projet qui m’intéressait et je souhaitais tenter l’expérience de l’auto-édition. J’ai la satisfaction d’avoir tout réalisé seule (avec quelques conseils de mon entourage tout de même 😉 ).

Pour une rémunération plus juste :

Il est normal mais très rare qu’une maison d’édition propose une rémunération sur les illustrations en plus d’un % en droits d’auteurs.

Depuis que j’ai débuté en 2012, j’ai eu pas mal de propositions mais rarement avec une rémunération sur mon travail, juste des DA.

Aujourd’hui, je n’accepterai plus mais en débutant, je n’avais pas vraiment conscience qu’en acceptant de travailler pour si peu, je faisais du tort à ceux qui se battaient pour être rémunérés au prix juste.

Lorsque j’étais éditée par des maisons d’édition, je m’occupais souvent d’organiser des dédicaces (prospection, affiches, frais de déplacement…). Au final, je me déplaçais souvent pour gagner seulement environ 5% par livre, soit 38cts… Alors qu’en auto-édition, il était certain que je me rémunèrerai un peu plus, même si je ne pourrai pas en vivre.

Pour ne pas être déçue du rendu final :

Mes précédentes expériences avec des maisons d’éditions bien qu’étant bonnes, m’ont également donné envie de gérer personnellement ce projet.

Il m’est arrivé deux fois de découvrir le livre une fois imprimée et le rendu des couleurs était loin des couleurs originales ! Quoi de plus frustrant de travailler pendant des mois sur des illustrations qui ne sont en faites pas reproduites fidèlement !

Parce que j’avais les compétences :

Certaines plateformes d’auto-édition sur internet proposent en plus de l’impression de réaliser la mise en page, la création de la couverture et la relecture.

Mais ayant un diplôme en graphisme et utilisant régulièrement certains logiciels de PAO, je me sentais capable de me lancer dans la création du livre en persévérant un peu et ainsi réaliser le découpage du texte, la correction des images, la création de la typo du titre, la mise en page et les fichiers techniques pour l’imprimeur.

J’ai pendant mes études effectué plusieurs stages en imprimerie en plus d’avoir suivi des cours. Je connaissais donc un peu le vocabulaire d’impression. Mais grâce à cette expérience, j’ai pu en découvrir et en apprendre d’avantages, ce qui me servira toujours.

Reste le côté commercial que je ne maîtrise pas vraiment mais ça me tente d’apprendre !

Parce que mon entourage m’a été d’une aide précieuse :

J’ai pu compter sur mon entourage pour m’aider et me conseiller, notamment sur la relecture. L’écriture n’est pas ma première passion. L’histoire me tenait à cœur, je voulais mettre mes « mots » mais l’exercice s’est avéré difficile. Je remercie tous ceux qui m’ont aidé pour leurs conseils et disponibilité.

Pour la petite histoire : la rédaction du texte a été réalisée un après-midi d’août 2019 sur une plage en Bretagne, deux mois après mon retour de voyage. 😉

Seul inconvénient de l’auto-édition :

Ça prend beaucoup de temps.

Auto-édition : pourquoi s’auto-éditer ?

Laisser un commentaire

La publication a un commentaire

  1. Eucalyp

    Quelle belle histoire d’un projet abouti ! Bravo !